Pub téléphone : la presse repeinte en bleu
Brève

Pub téléphone : la presse repeinte en bleu

Une partie de la presse a vu la vie en bleu. Ce lundi matin, les maquettes de plusieurs médias, imprimés ou en ligne, se sont vues redécorées en bleu. La couleur du nouveau téléphone portable d'une marque de téléphonie mobile coréenne (que nous ne citerons évidemment pas), avec qui certains titres ont signé un partenariat commercial. Cette campagne publicitaire de grande ampleur n'a pas été du goût de la Société des Journalistes et des Personnels de Libération (SDJPL), qui en critique le caractère intrusif.

Adieu les traditionnelles pages blanches de nos journaux ? Pas tout à fait. Le temps d'une journée, certains médias de la presse française, quotidiens et hébdomadaires, imprimés ou en ligne, ont vu les pages blanches de leurs maquettes repeintes en bleues. La raison ? Les Échos, Le Figaro, Libération et Le Parisien, entre autres, ont signé un partenariat publicitaire avec une marque coréenne de téléphonie mobile. A l'occasion de la sortie de l'un de ses produits dans un nouveau coloris, le bleu corail, les journaux ont donc adopté la même couleur.

Figaro bleu


La mise en oeuvre de cette publicité s'est opérée de manière différente selon les titres. Le Figaro a opté pour des pages bleues, accompagnées d'une publicité du produit sur sa Une. Le Parisien et Aujourd'hui en France ont préféré un large bandeau au pied de leur Une pour expliquer la démarche. Les sites internet de certains hebdomadaires, comme Les Inrockuptibles ou Biba, ont revu, eux, la charte graphique de leurs pages d'accueil. Jusqu'au plus petit détail, pour Les Inrocks : le traditionnel orange du logo de l'hebdomadaire a été aussi remplacé par du bleu corail, y compris sur son profil Twitter.

Les Inrocks bleu

"Samsung se 'paye' Libé"

Une refonte qui pose problème à Libération. Le quotidien détaille à ses lecteurs la raison de l'opération dans un message de quelques lignes, en haut à droite de sa Une du 20 février : "Aujourd'hui, Libération se lit sur fond bleu. Aucune prise de position politique subreptice dans ce choix de couleur. Une simple opération publicitaire, pour les mobiles Samsung cette fois-ci, comme les journaux en font de temps en temps..." D'après le site Next Inpact, ce message, relativement neutre mais désapprobateur, fait référence à un courrier interne rédigé par la Société des Journalistes et des Personnels de Libération, que le site d'actualités numériques s'est procuré. Dans cette lettre, les journalistes regrettent que la direction du journal ait décidé de ne pas tenir compte de leur avis négatif, formulé avant la publication. Ils critiquent également l'intrusion trompeuse de la publicité dans l'information : "L'immixtion de la publicité dans l'espace dévolu à l'éditorial est regrettable. Et l'effet produit – Samsung se 'paye' Libé – désastreux."

Libé bleu


Comme le rappelle Next Inpact, ce dispositif de colorisation n'est pas nouveau. En octobre 2015, plusieurs journaux avaient vu leurs pages se colorer en jaunes après la signature d'une campagne publicitaire avec La Poste, pour la promotion d'une évolution du service Colissimo. Cette fois, c'était près d'une soxantaine de médias régionaux et nationaux qui avaient accepté d'abandonner leurs pages blanches le temps d'une journée.

Jaune Poste


(Valentin Etancelin)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.