Projet de loi renseignement : et revoilà les pigeons !
enquête

Projet de loi renseignement : et revoilà les pigeons !

L'industrie du numérique rejoint la grogne

Réservé à nos abonné.e.s
Attention, les pigeons débarquent ! Les hébergeurs OVH et Gandi n’aiment pas (non plus) le projet de loi sur le renseignement actuellement en examen à l’Assemblée nationale. En cause, la "boite noire" que le texte les obligera à installer pour détecter de potentiels comportements suspects. Pour s’y opposer, l’industrie du numérique lance même un mouvement : "Ni Pigeons, Ni Espion". Et leurs arguments portent principalement sur un terrain bien différent des libertés individuelles : ils mettent en avant la menace économique que représenterait la loi… et menacent de délocaliser. Ils devraient être reçus demain par le gouvernement.

Les associations de défense des libertés sur Internet viennent de se trouver un soutien de poids contre le projet de loi sur le renseignement, examiné en ce moment à l’Assemblée : les acteurs du numérique. Une vingtaine de sociétés ont signé, par la voix de leur fondateur, un texte "contre la surveillance généralisée d’internet". Dans la liste, on trouve principalement des hébergeurs (dont le leader européen OVH ou Gandi), des sociétés qui proposent du stockage cloud (Cozy Cloud), des vendeurs de sécurité informatique et d’autres acteurs divers du numérique (objets connectés, t&eacut...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Impôts : qui pigeonne qui ?

La fronde médiatique des net-entrepreneurs, et ses approximations

OVH

@si et l'attaque des machines zombies

Bloqué pendant sept heures, notre site porte plainte contre x

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.