Présidentielle 2017 : les "petits candidats" bâillonnés dans l'indifférence des "grands medias"
article

Présidentielle 2017 : les "petits candidats" bâillonnés dans l'indifférence des "grands medias"

Une victoire pour le CSA et les medias audiovisuels ?

Réservé à nos abonné.e.s
L'égalité, ce n'est plus maintenant ? Deux propositions de loi socialistes, visant à "moderniser" l'organisation de l'élection présidentielle française, ont été adoptées, dans l'indifférence générale ou presque, jeudi 24 mars par l'Assemblée nationale. Au menu, la fin de la règle d'égalité des temps de parole dans les medias audiovisuels avant le premier tour de la présidentielle de 2017. Un changement de règles qui fait hurler les "petits candidats", et un vote qui n'a pas provoqué de grand débat dans les medias nationaux. Et pour cause : ces "grands medias" détestent les "petits candidats".



Deux semaines d'égalité de temps de parole au lieu de cinq pour les différents candidats à l'élection présidentielle de 2017. Voilà ce que les députés ont voté, jeudi 24 mars à l'Assemblée nationale, dans la soirée et en tout petit comité. "Le texte prévoit ainsi que la période d’égalité stricte des temps de parole durant la campagne soit réduite, pour ne couvrir que les deux dernières semaines avant le premier tour, contre cinq semaines auparavant", détaillait Le Monde deux jours avant le vote, en titrant sur... les nouvelles règles pour l'obtention des 500 parrainages.

Le Monde, ...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.