Parité dans la presse : pourquoi ça patine
enquête

Parité dans la presse : pourquoi ça patine

Vieilles habitudes, cooptation, "autres priorités", et des accords trop flous

Réservé à nos abonné.e.s
Pas assez de cheffes, des salaires trop inégaux... Ces dernières semaines, des journalistes femmes de plusieurs publication ont multiplié les cris d'alerte. La raison ? La persistance des inégalités femmes-hommes au sein de leurs rédaction. Mais comment s'engager pour une meilleure parité des salaires et au sein des postes à responsabilité ? Tour d'horizon des (maigres) mesures mises en place.

Les remous ne sont pas encore retombés. Les femmes journalistes du Parisien qui ont signé la candidature spontanée au poste de rédactrice en chef lancée mi-janvier pour protester contre le manque de parité à la direction, se sont désormais constituées en collectif. Les "cheffes du Parisien" n'ont pas l'intention de s'arrêter là. Dans un communiqué envoyé jeudi 8 février le collectif fraîchement créé demande "la commande, par la direction, d'un audit spécifiquement consacré à la place, aux salaires, aux évolutions de carrière et aux opportunités offertes aux femmes". "Un audit c'est fondamental pour avancer sur des bases saines, il nous faut un constat partagé par tout le monde", avance auprès d'Arrêt sur images Christel Brigaudeau, l'u...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.