Outre-mer, les électeurs privés d'infos depuis jeudi soir
enquête

Outre-mer, les électeurs privés d'infos depuis jeudi soir

Réservé à nos abonné.e.s
Conséquence du décalage horaire, les Dom-Tom voteront dès demain pour le premier tour de l'élection présidentielle. Or, comme la loi l'impose, la propagande électorale est interdite la veille du jour du scrutin. Depuis jeudi, les Antilles, la Polynésie, la Réunion, la Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon se retrouvent donc privés d'informations nationales.

Puisque les Dom-Tom votent dès samedi, et que la loi interdit la propagande électorale la veille du jour du scrutin, le CSA a demandé aux médias audiovisuels parisiens de couper purement et simplement leurs antennes locales. Comme l'annonçait Le Point dès mercredi, depuis jeudi 19 avril à minuit, les médias nationaux n'émettent donc plus dans les Dom-Tom. De BFM TV il ne reste donc qu'un écran noir, des stations de Radio France, le silence.

Ce blocus a un nom : la "période de réserve", dont le but est de ne pas perturber la sincérité du scrutin. Et pour l'appliquer au mieux, le CSA a aussi imposé aux sites Internet de ces chaîn...

Il vous reste 77% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.