Nathalie, Anne, et la barbichette
Brève

Nathalie, Anne, et la barbichette

La une du Libération de ce jour nous montre les visages d'Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet, séparés par les mots Municipales Rive droite rive gauche :


Référence au film de Philippe Labro sorti en 1984, Rive droite rive gauche :


Sur cette affiche, les deux visages ne sont pas opposés comme ils le sont sur la une de Libé, où ils sont de trois-quarts. Une bonne raison à cela : les personnages incarnés par Nathalie Baye et Gérard Depardieu ne sont pas ennemis.

Dans les affiches de cinéma, les personnes qui s'affrontent sont d'ordinaire placées face à face. Elles opposent donc leurs profils pour le spectateur. Exemples :

Face to Face d'Ingmar Bergman, 1976

Bride Wars de Gary Winick, 2009


Des affiches de ce type, il en existe des cargaisons entières. En voici une pour un film relatant un combat électoral, raccord avec Libé :

The Campaign de Jay Roach, 2012


Essayons maintenant de classer quelques-unes de ces affiches par sous-genres. Avec pour commencer le…

retiens-moi-ou-j'fais-un-malheur


Sur ces visuels, les opposants sont séparés par un objet ou une phrase comme sur la une de Libé :

Royal Deceit de Gabriel Axel, 1994

Harry Potter de David Yates, 2011

I saw the devil de Kim Ji-woon, 2011

Hana and Alice de Shunji Iwai, 2004


Passons ensuite à…

j'dis-rien-mais-j'en-pense-pas-moins
Ici, on garde son sang-froid, on défie son ennemi du regard avant de sortir l'artillerie lourde.

Enemy Mine de Wolfgang Petersen, 1985

Coriolanus de Ralph Fiennes, 2011

The Hangover Part III de Todd Phillips, 2013

Transformers de Michael Bay, 2007

War de Philip G. Atwell, 2007

A Bronx Tale de Robert De Niro, 1993

Nothing in common de Garry Marshall, 1986


Ce film est une comédie. Souvent les bobines de ce type utilisent le fond blanc, marque de fabrique du genre :

Taxi No. 9 2 11 - Nau Do Gyarah de Milan Luthria, 2006

Little Fockers de Paul Weitz, 2010

Ya Ya de I. Rajasekaran, 2013


Avec l'affiche ci-dessus on sent que ça va péter et c'est ainsi qu'on aborde un genre méconnu, le…

tu-commences-à-me-les-briser-menu !


On montre les dents, attention chiens méchants.

Anger Management de Bruce Helford, 2003


Il s'agit là d'une série télé, une comédie ; l'affiche a un fond blanc comme précédemment. Mais d'ordinaire, la grosse colère est plutôt l'attribut des films d'horreur, vampires, zombies et monstres à tous les étages, sur fond obscur :

Vampires vs. Zombies de Vince D'Amato, 2004

Freddy vs. Jason de Ronny Yu, 2003

Dracula vs. Frankenstein de Hugo Fregonese,
Eberhard Meichsner et Tulio Demicheli, 1969

Tout ces Machin vs. Bidule ne font pas très sérieux, on pense aux Maciste contre le vampire, King Kong contre Godzilla, etc. Raison pour laquelle on trouve ce dernier genre intitulé…

je-te-tiens-tu-me-tiens-par-la-barbichette-le-premier-qui-rira…


Avec le sourire au bords des lèvres, attention !

Signorina Effe de Wilma Labate, 2007

A Dennis the Menace Christmas de Ron Oliver, 2007


Ah ! tu as souri, Anne ! Ne dis pas non, tu as souri !



L'occasion de lire ma chronique intitulée Les Duettistes, avec Sarkozy et Hortefeux tels Abbott et Costello, Laurel et Hardy.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.