#MeToo : au tour de l'inceste
article

#MeToo : au tour de l'inceste

Réservé à nos abonné.e.s
De nombreuses personnes témoignent sur Twitter de l'inceste qu'elles ont subi. Un "tsunami" qui fait suite au livre de Camille Kouchner et l'affaire Duhamel, et promet un débat sociétal en profondeur. Retour sur le "changement de ton" médiatique avec deux expertes.

Près de 50 000 tweets en 24 heures. Samedi 16 janvier, quelques jours après la publication de l'ouvrage de Camille Kouchner, La familia grande, qui révèle l'inceste que son frère a subi de leur beau-père Olivier Duhamel, le mot-dièse #MeTooinceste s'est répandu sur Twitter.

Des milliers de victimes d'inceste ont utilisé la plateforme pour dénoncer, parfois pour la première fois, les gestes incestueux qu'elles et ils ont subi dans leur enfance. Les messages, le plus souvent succints, mentionnent tous l'âge et la figure familiale ou amicale - toujours un proche - de l'incesteur. Les deux faits principaux, ceux qui constituent l'inceste. "J'avais 11 ans, c'était mon oncle." "J’avais 14 ans quand mon beau-père qui était aussi mon coach spor...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.