Merah abattu : Guéant a dû s'y reprendre à deux fois
Brève Vidéo

Merah abattu : Guéant a dû s'y reprendre à deux fois

Devinette du jour : pourquoi le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a-t-il fait deux déclarations officielles à la presse en moins de cinq minutes pour rendre compte de l'assaut des policiers du Raid et de la mort de Mohamed Merah ? Pour tenter de le comprendre, il faut écouter attentivement les différences entre ces deux déclarations. A vous de jouer !

A 12 heures, le ministre fait une première déclaration. Il explique que lors de l'intervention dans l'appartement, le tueur de Toulouse est "sorti de la salle de bain en tirant avec une extrême violence". Un fonctionnaire du Raid a précisé "qu'il n'avait jamais vu un assaut de cette violence". Comment les policiers ont-ils réagi ? Ils "ont tenté de se protéger, de riposter et puis à la fin, Mohamed Merah a sauté par la fenêtre avec une arme à la main en continuant à tirer, il a été retrouvé mort au sol", explique Guéant sans plus de précisions.

Ecoutez la première déclaration officielle du ministre picto

Dans cette première déclaration de Guéant, on pourrait comprendre que Merah est mort en sautant de la fenêtre. Seul hic : a priori, il habitait au premier étage.

Les journalistes ont à peine le temps de s'interroger que, surprise, sans aucune explication, Guéant revient devant la presse cinq minutes plus tard pour faire... une deuxième déclaration ! On retrouve quasiment les mêmes termes que dans la première version avec quelques correctifs : Merah aurait par exemple sauté "du balcon" et non d'une fenêtre. Mais c'est surtout une phrase que Guéant va rajouter et donner ainsi une autre hypothèse dans sa mort


picto Saurez-vous trouver la principale différence avec la première déclaration ?

Dans sa deuxième déclaration, Guéant semble donner la même version : "Mohamed Merah est sorti en sautant du balcon toujours en tirant. Quand il est arrivé au sol, il était mort. Voilà la façon dont les choses se sont passées". Déclaration identique donc ? Pas exactement: juste avant de décrire l'assaut final, Guéant a fait une précision : "Les snipers qui étaient en face ont tenté de le neutraliser bien sûr". Stop ! Il y avait donc des snipers en face de l'immeuble ? Traduction : on peut émettre l'hypothèse qu'il a été abattu par eux au moment du saut du balcon. Une version qui semble plus compatible avec les déclarations faites trois heures plus tard : vers 15h, le procureur de Paris a indiqué que les policiers du Raid ont "abattu Merah d'une "balle dans la tête" alors qu'ils étaient en "légitime défense", précise le live du Monde.fr.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.