Menteuse ou pas menteuse ? Fourest avait...anticipé
Brève Vidéo

Menteuse ou pas menteuse ? Fourest avait...anticipé

En 2015, dans l'émission On n'est pas couché, Caroline Fourest avait assuré, au cours d'un échange tendu avec Aymeric Caron, avoir gagné son procès en appel, dans une affaire en diffamation qui l'opposait à Rabia Bentot, jeune musulmane voilée agressée à Argenteuil en 2013. Un an et demi plus tard, la Cour d'appel de Paris a constaté la prescription de l'action de Bentot.

En mai 2015, sur le plateau de Laurent Ruquier, Caroline Fourest prononçait cette phrase : "Aymeric Caron, j'ai gagné mon procès". La semaine suivante, estimant que l'affaire était toujours en cours et que la journaliste avait menti, Ruquier avait annoncé qu'il ne l'inviterait plus jamais dans ses émissions.

A l'origine de cet échange tendu entre Caron et Fourest ? Un procès en diffamation opposant la polémiste à une jeune femme voilée agressée en 2013 à Argenteuil. Dans une chronique diffusée sur France culturele 25 juin 2013, Fourest avait mis en doute les propos de Bentot, sous-entendant que cette agression pourrait être "bidonnée". Pour cela, elle avait été condamnée pour diffamation le 23 octobre. Fourest et son avocat avaient fait appel six jours plus tard. Face à Caron, la polémiste assurait avoir gagné ce procès en appel. Contacté à l'époque par @si, l'avocat "postulant" de la polémiste assurait que la procédure était toujours en cours.

L'affaire a rebondi le 31 août 2016. Sur son blog, dans un billet intitulé "Menteuse, vous avez dit menteuse ?", l'essayiste assure, document stabiloté à l'appui, que la cour d'appel de Paris vient de constater la prescription de l'action de Bentot, et condamne la plaignante à payer à Fourest une somme de 4000 euros, au titre des frais de procédure. En clair : après l'appel de Fourest, et en application de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, Bentot avait trois mois pour manifester sa volonté de poursuivre la procédure - soit avant le 29 janvier 2015. Or, peut-on lire sur le document posté par Fourest, "la jeune femme n'a "constitué avocat que le 27 mars 2015 et n'a fait signifier ses conclusions que le 30 mars 2015", soit plus de deux mois après l'expiration du délai.


"La Cour d’appel aurait pu,le confirmer bien plus tôt, quelques semaines seulement après l’émission On n’est pas couché….Si maître Hosni Maati n’avait pas tout tenté pour repousser l’échéance(demandes de procédures subsidiaires, absence le jour venu…) La constatation de la prescription, effective au moment de l’émission, a ainsi été différée de plusieurs mois", écrit aujourd'hui l'essayiste. Avant d'ajouter : "Maintenant que les faits sont établis, je ne doute pas un seul instant que Laurent Ruquier et son équipe auront à coeur de rectifier auprès deleurs spectateurs".

En constatant la prescription de l'action de Bentot, la cour d'appel de Paris a-t-elle donné raison à Fourest, qui affirmait sur France 2 avoir gagné son procès en appel ? C'est l'avis de Patrick Cohen sur France Inter, mais aussi de L'Express ou de BFMTV.

Un avis que ne partage pas... Caron. Sur son compte Facebook, l'ex chroniqueur de Ruquier, venu parler de son livre Antispéciste sur le plateau d'@si en avril 2016, écrit : "Mais faites votre boulot correctement, les journalistes! Non, Fourest ne disait pas vrai à ONPC et la justice ne vient pas de lui donner raison. La justice vient, pour une raison technique, d'annuler la procédure qui avait, dans un premier temps, mené à la condamnation de Fourest pour diffamation à l'égard d'une jeune fille voilée qui avait été agressée. La justice vient donc de se prononcer, plus d'un an après le passage de l'essayiste dans le fauteuil d'ONPC".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.