Médias et L214 : la déontologie à l'abattoir?
article

Médias et L214 : la déontologie à l'abattoir?

Réservé à nos abonné.e.s
De nombreux médias couvrent, à juste titre, les enquêtes de l'association antispéciste L214. Mais certains la relaient un peu trop complaisamment, au point de devenir partie intégrante de ses plans de communication. "Arrêt sur images" a eu accès à de très nombreux documents internes et révèle l'envers du décor.

Une journaliste de Charlie Hebdo se fait écrire tout ou partie de ses textes par L214 ; une autre, de Paris Match propose à l'association de relire et corriger un article avant publication ; une correspondante de Libération, qui écrit régulièrement sur L214, leur offre des dons importants, en toute discrétion. Selon des centaines de documents internes issus de L214 auxquels Arrêt sur images a eu accès, dont de nombreux courriels écrits ou reçus par ses deux dirigeants, les journalistes et médias publiant le plus d'articles ou de vidéos à propos des fameuses enquêtes de L214 semblent avoir un fonctionnement quasi-symbiotique avec l'association antispéciste – assertion qu'ils assument ou rejettent dans leurs réponses à Arrêt su...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Booba, lanceur d'alerte : vraiment ?

Un dossier de "Libération" un peu trop complaisant avec le rappeur devenu justicier

Affaire "Le Point" : le passif du journaliste Aziz Zemouri

Le "Point" dépublie une enquête mettant en cause le couple de députés LFI Alexis Corbière et Raquel Garrido

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.