Marine Le Pen suivra le traité US-Europe au Parlement européen (Mediapart)
Brève

Marine Le Pen suivra le traité US-Europe au Parlement européen (Mediapart)

"C'est quasiment devenu la commission la plus recherchée."

Jusque-là assez méconnue du public français, la commission "commerce international" du parlement européen s'est constituée hier et a été prise d'assaut par les euro-députés français. Sur les 41 membres, on trouve ainsi six élus français, dont Marine Le Pen, et 3 suppléants, dont José Bové, nous apprend Mediapart.

Pourquoi ce regain d'intérêt français soudain pour le commerce international ? Cette commission sera en fait aux avant-postes dans les négociations sur l'accord de libre-échange avec les États-Unis (le fameux traité transatlantique aussi appelé TTIP ou TAFTA). Et elle aura un vrai poids puisque sur ces questions, le traité de Lisbonne prévoit que c'est le parlement européen qui décidera de valider ou non cet accord, que la commission spécialisée lui présentera.

Un socialiste anti-Tafta

"On a dû se battre au sein de la délégation afin de conserver deux postes pour l'UMP", raconte ainsi l'UMP Franck Proust qui a intégré la commission avec sa collègue Tokia Saïfi, a priori favorables au TTIP. Deux élus déjà présents dans la commission Marielle De Sarnez (Modem, assez critique du traité) et Yannick Jadot (Verts, anti-Tafta) ont eux rempilé. L'euro-député socialiste Emmanuel Maurel, est le seul a dévier de la ligne de son parti et à s'opposer au TTIP. Marine Le Pen a elle plusieurs fois rappelé son opposition à ce traité qui "menace la santé des consommateurs et favorise la rapacité des spéculateurs et des banques".

picto Pas d'élu français de la gauche unitaire européenne (dont le Front de gauche fait partie) dans la commission mais le communiste Patrick Le Hyaric est suppléant avec José Bové (Verts) et Aymeric Chauprade (FN) - (Capture Mediapart.fr)

L'ensemble de la commission, avec une majorité de droite, reste favorable au traité, précise Mediapart, mais elle compte désormais plus d'élus critiques du projet. Le président de la commission, le social-démocrate allemand Bernd Lange, qui défend le traité, s'est ainsi opposé à certains volets (notamment sur le mécanisme d'arbitrage dont @si vous parlait ici).

L'occasion de voir notre émission sur le parlement européen (où il est question de Tafta) : "Le parlement européen, les Français s'en foutent" et notre observatoire sur Tisa, nouvel accord secret sur les services.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.