Lorànt Deutsch, insulteur sous pseudonyme ? (Buzzfeed)
Brève

Lorànt Deutsch, insulteur sous pseudonyme ? (Buzzfeed)

Buzzfeed épingle Lorànt Deutsch... et un journaliste du Figaro. Le site internet a publié le 26 octobre une enquête accusant l'historien-comédien d'avoir un compte Twitter caché et insultant. Suite à cela, l'acteur a accordé au Figaro une interview dans laquelle il se défend. Mais Buzzfeed souligne que cet entretien a été modifié après publication, pour en faire disparaître certains propos.

Suite à cela, l'acteur a accordé au Figaro une interview dans laquelle il se défend. Mais Buzzfeed souligne que cet entretien a été modifié après publication, pour en faire disparaître certains propos.

Dans une enquête, parue le 26 octobre et intitulée "Insultes, menaces : les mystérieux tweets cachés de Lorànt Deutsch", les journalistes de Buzzfeed Paul Aveline et Assma Maad accusent Deutsch de "se cache[r] sous le pseudo @lacathelinierre sur Twitter pour insulter ceux qui le critiquent ou le mettent en doute". Ils ont établi un lien entre ce compte Twitter, un compte Facebook Lorant La Catheliniere, et un vieux forum dans lequel s'exprime "La Catheliniere". Selon Buzzfeed, tous ces comptes sont reliés à une même adresse mail : celle de Deutsch. Et sur le forum comme sur Twitter, il est virulent, allant jusqu'à insulter ses interlocuteurs lorsque leurs propos lui déplaît. Buzzfeeed publie une sélection des insultes du compte @lacathelinierre : il menace plusieurs utilisateurs de finir "couché[s] au Bataclan" , ou leur demande s'ils n'étaient pas "au Bataclan". On peut aussi trouver des "facho de merde" ou "cancrelat de gauche". @lacathelinierre n'hésite pas non plus à traiter les femmes de "femelles", et à les renvoyer au ménage.

Enquête de Buzzfeed, 26 octobre 2016

L'acteur et auteur de Métronome, ouvrage de vulgarisation historique très critiqué, a affirmé à Buzzfeed qu'il n'avait jamais créé ces comptes. Pourtant, note Buzzfeed, outre que ces comptes sont tous liés à l'adresse mail ou au numéro de téléphone de Deutsch, @lacathelinierre semble très au courant des chiffres de vente des livres de l'acteur.

C'est dans un entretien au Figaro que Deutsch prolonge sa défense : "cette affaire alimente cette volonté farouche de me décrédibiliser, de me discréditer", affirme-t-il. "Je profite de cette réponse pour rappeler à nouveau que je n'ai pas de compte Twitter et que je ne fréquente pas les réseaux sociaux", ajoute-t-il, annonçant qu'il se "réserve le droit de porter cette affaire devant les tribunaux".

Le journaliste du Figaro n'a pas lu l'enquête de Buzzfeed

Un entretien à son tour passé à la moulinette de Buzzfeed : la version disponible sur le site du Figaro n'est pas la version originale de l'interview. Des modifications y ont été apportées, ce qu'a relevé un utilisateur de Twitter, en mettant en regard l'ancienne et la nouvelle version de l'article. Une comparaison ensuite reprise sur Buzzfeed, qui montre qu'entre la première et la seconde version de l'interview du Figaro, des phrases ont été déplacées (une référence au Bataclan), modifiées (il avait dit vouloir "porter plainte contre X"), ou supprimées (il blâmait les "idéologues militants à gauche"). Depuis, le journaliste qui a mené l'interview, Bertrand Guyard précise dans l'article, et sur son compte Twitter le 27 octobre au matin que Deusch avait "tenu à préciser ses réponses à nos questions".

"Nota Bene" du Figaro, au bas de l'interview avec Lorànt Deutsch (ajout du 27 octobre 2016)

Dernier point, Le Figaro affirme que Deutsch "a réservé ses premières réactions au Figaro". Faux, puisque Buzzfeed l'a bien contacté lors de son enquête. Pourquoi une telle erreur ? Interrogé par Aveline, le journaliste du Figaro a assuré qu'il n'avait "pas lu" l'enquête de "Bizzfed (sic)".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.