Licenciement Lancelin : L'Obs condamné
Brève

Licenciement Lancelin : L'Obs condamné

Le tribunal a tranché.

Ce vendredi le conseil des prud’hommes de Paris a condamné L’Obs à verser 90 000 euros à la journaliste Aude Lancelin pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. Brutalement débarquée en mai 2016 de son poste de directrice adjointe de la rédaction, dans des circonstances que nous avons largement relayées (ici ou ), Lancelin réclamait à son ancien employeur 460 000 euros de dommages et intérêts et la nullité de son licenciement, officiellement pour "raisons managériales". Le 17 octobre dernier devant les prud’hommes, la journaliste et son conseil William Bourdon étaient revenus en détail sur les circonstances d'une éviction qui était, selon eux, très politique.


"Aude Lancelin agaçait l'Elysée et ce licenciement a été décidé par des actionnaires de L'Obs en raison uniquement de ses opinions", avait plaidé son conseil à la barre. Celui-ci avait fourni au tribunal une quinzaine d’attestations d’ex-salariés et de salariés de L’Obs prenant fait et cause pour Lancelin. "En face? Rien. Pardon, une attestation. Celle de Matthieu Croissandeau qui est là aujourd'hui et représente la direction [de l’Obs]", avait martelé l’avocat de la journaliste. En octobre 2016, Lancelin était revenue sur les circonstances de son licenciement dans notre émission

L'occasion de (re)voir notre émission avec Aude Lancelin "A l'Obs, comme au gouvernement, il y a eu une purge" et de (re)lire la chronique de Daniel Schneidermann "Obs : de quoi Aude Lancelin est-elle le nom?"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.