L'exil fiscal de Depardieu (presse mondiale)
Brève

L'exil fiscal de Depardieu (presse mondiale)

La nouvelle de l'exil fiscal de Gérard Depardieu en Belgique a fait le tour du monde. On en parle, ce jeudi, de l'Afrique du Sud à la Chine en passant par la Slovaquie et les USA. Exemples.



"Les socialistes dénoncent l'acteur qui quitte la France à cause des impôts", souligne le New York Times qui explique le contexte avec une certaine mesure.

"M. Depardieu, 63 ans, figure parmi la poignée de célébrités et d'hommes d'affaires fortunés qui ont quitté la France depuis l'élection en mai du président François Hollande, un socialiste."

"Afin de réduire le déficit budgétaire et la dette du pays, M. Hollande a mis en place un taux marginal d'imposition de 75 pour cent pour les revenus supérieurs à 1 million d'euros, soit 1,3 million de dollars - une mesure largement symbolique qui n'affecte que quelques milliers d'individus. Il a annoncé des taxes supplémentaires qui devraient relever les impôts de 20 milliards d'euros l'an prochain."

Le New York Times constate, avec humour, que les exilés continuent cependant de jouir d'un succès populaire en France. Il en est ainsi de Johnny Hallyday, qui "joue toujours à guichets fermés devant des foules en France. L'acteur Alain Delon vit en Suisse aussi, mais sert la nation à la tête du jury du concours de Miss France."

"Les célébrités françaises se sentent persécutées et pillées par l'État français", selon le quotidien conservateur espagnol ABC. L'exil fiscal de Depardieu ne serait que le dernier d'une longue liste où figureraient Alain Delon, Bernard Arnault (qui serait exilé fiscal aux ... USA) Christian Clavier (à Londres) mais aussi Charles Aznavour, Roman Polanski, Omar Sy, ou Yannick Noah.

"Le président Nicolas Sarkozy avait prévenu que la démagogie sans limites et la hausse des impôts pousserait les millionnaires vers la frontière (...) les électeurs ne l'ont pas cru ou bien s'en moquaient (...) et voilà, les riches s'en vont", note l'un des trois éditoriaux, non signés, du quotidien économique américain The Wall Street Journal.

.


Global Times
(Chine) avec la photo de la nouvelle (mais peu avenante) résidence de Depardieu.

"Astérix et Obélix quittent la Gaule", remarque De Standaard (Belgique)


"France : les millionnaires évitent de payer des impôts en installant leur résidence fiscale en Belgique", titre le Journal de Angola (Angola) avec une photo de la commune choisie par Depardieu.

"Mon Dieu, Depardieu, un patriote doit payer" ses impôts, estime The Times (Afrique du Sud) qui ajoute que le Premier ministre français est choqué "par la fuite de ce millionnaire qui veut éviter l'impôt sur la fortune"


La Pravda
(Slovaquie) cite les critiques formulées par Jean-Marc Ayrault "minable" et Bertrand Delanoë.

"Depardieu part vivre en Belgique pour échapper au fisc français", écrit Diario de Noticias (Portugal) en mentionnant la taxe de 75% sur les très hauts revenus.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.