Lepaon : révélations en cascade (et tardives) contre le patron de la CGT
enquête

Lepaon : révélations en cascade (et tardives) contre le patron de la CGT

Pourquoi ses ex-camarades n'avaient rien dit ? "On avait d'autres soucis"

Réservé à nos abonné.e.s
Rénovation de l'appartement, du bureau, versement d'indemnités de faux-départ : les révélations contre le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, se succèdent dans la presse depuis plusieurs semaines. Des travaux à plus de 100 000 euros au simple whisky avec un patron en passant par la limousine pour les obsèques de Georges Marchais, on saura tout. Mais pourquoi maintenant et pas au moment de sa nomination ? Joints par @si, des anciens de Moulinex - le grand combat fondateur de Lepaon - et un journaliste ayant suivi de près ce conflit social, nous expliquent pourquoi les casseroles anti-Lepaon ne sortent que maintenant.



A chaque jour suffit sa peine. C'est sans doute ce que doit se dire Thierry Lepaon en ouvrant son journal tous les matins. Les ennuis ont commencé le 29 octobre. Ce jour-là, Le Canard enchaîné révèle que la CGT a dépensé plus de 100 000 euros dans la rénovation de l'appartement de fonction de Lepaon à Vincennes (94). Un chiffre exorbitant, surtout lorsqu'on sait ce que logement n'est qu'une location. Et d'autant plus exorbitant que le détail du devis est assassin : tout a été refait du sol au plafond jusqu'aux WC qui contiennent jusqu'à 4 453 euros de fournitures. Un véritable "trône" ironise Le Canard.

Le 5 novembre, nouveau coup de...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.