Lemine Ould Salem, le journaliste dont les images ont inspiré un film césarisé...
enquête

Lemine Ould Salem, le journaliste dont les images ont inspiré un film césarisé...

... mais pourraient ne jamais être vues en salles

Réservé à nos abonné.e.s
Il était la "petite main" derrière Timbuktu, celui dont le travail a été utilisé sans être reconnu. Il dévoile aujourd'hui son propre film, Salafistes... dont la sortie en salles pourrait être compromise par une interdiction aux moins de 18 ans. @si revient sur l'histoire à rebondissements d'un journaliste mauritanien, Lemine Ould Salem, dont les images de Tombouctou et Gao sous l'occupation djihadiste sont exceptionnelles, mais pourraient rester confidentielles.

À la cérémonie des Césars, où il a triomphé le 20 février 2015, Abderrahmane Sissako a embrassé sa compagne, puis est monté sur la scène du théâtre du Châtelet pour recevoir ses statuettes. De sa voix posée, Sissako a remercié "[s]on pays, la Mauritanie", "la ville de Paris", qui l'a "accueilli il y a 22 ans", la chaîne Arte, sa productrice, son distributeur, ses assistants techniques mauritaniens, le Festival de Cannes, ses comédiens, sa femme et ses enfants, et enfin la France, "pays magnifique qui est capable de se dresser contre l'horreur et l'obscurantisme."

Un homme n'a pas été remercié. Son nom ne f...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.