Le Tour de France dopé ? Ceux qui en parlent, et les autres
article

Le Tour de France dopé ? Ceux qui en parlent, et les autres

Le Monde accuse, Le Parisien se tait

Réservé à nos abonné.e.s
Comment les médias abordent-ils la délicate (et éternelle) question du dopage ? Cette année encore, elle a plané au-dessus du Tour de France, qui s'est achevé dimanche 22 juillet. Franck Schleck a été contrôlé positif le 14 juillet, et a décidé de se retirer du Tour, tout en niant s'être dopé. Parmi les Français, Thomas Voeckler, qui a remporté deux étapes et le maillot à pois de meilleur grimpeur, a été encensé par beaucoup de médias. Pourtant, selon certains spécialistes, ses performances posent question. Des interrogations que l'on ne retrouve pas partout.

"Le tour est empoisonné." C'est Frank Schleck, coureur contrôlé positif, qui le dit. Et ses propos sont confirmés par Antoine Vayer. Cet ancien entraîneur de l'équipe Festina (notamment en pleine affaire de dopage, mais il dément y avoir été mêlé), se présente comme un "expert de la performance". Il a établi une méthode de calcul qui lui permet de comparer la puissance produite par les cyclistes (en watts), et de définir les limites de performance d'un corps non dopé - et d'estimer donc, quand un coureur est dopé. A chaque Tour de France, il expose ses (sombres) diagnostics, dans Libération de 2003 à 2010, dans L...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.