Le réchauffement climatique absent des hebdos (Bastamag)
Brève

Le réchauffement climatique absent des hebdos (Bastamag)

"La dernière Une climat : c’était il y a cinq ans."

Les principaux newsmagazines français (L’Obs, Le Point, L’Express) ne portent qu'un intérêt très relatif au réchauffement climatique, remarque le site Bastamag. "La dernière couverture que L’Obs a consenti au sujet remonte à six ans, au moment de la conférence des Nations Unies sur le climat à Copenhague. L’Express fait pire encore, puisque le dernier dossier publié sur la question du climat date de... 2007. Pour l’occasion, l’hebdomadaire avait dérogé à sa maquette habituelle de façon à ne pas offrir plus d’un tiers de sa couverture à son engagement à sauver la planète." Pire, certains newsmags se "font volontiers le relais de discours niant la réalité du réchauffement climatique". C’est le cas du Point par exemple, qui pour sa dernière Une climat, en 2010… mettait en avant le "climato-sceptique" Claude Allègre. Et si l'on prend l'ensemble de la presse hebdomadaire, une seule couverture de janvier à mai était consacrée à l'environnement, pouvait-on apprendre dans une infographie du Monde (sans que le quotidien s'intéresse pour autant à cette donnée, comme le notait alors @si).

Résultat, les Français sont mal informés sur le réchauffement climatique, note Bastamag. Selon une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), si les trois quarts de ceux qui ont répondu à l'étude (72%) estiment bien que "le réchauffement de la planète est causé par les activités humaines", 85% "n’identifient pas spontanément le lien entre CO2 et effet de serre". Seul un sur six associe donc le réchauffement climatique à l’émission de gaz et de CO2 ("les autres réponses évoquent la chaleur, la couche d’ozone ou la pollution en général").

Les hebdos sont pourtant conscients du problème depuis bien longtemps. "L’Express […] pourrait s’enorgueillir d’avoir été le premier magazine d’actualité à consacrer sa couverture au changement climatique. En février 1979, alors que la première Conférence mondiale sur le climat se réunissait […] la couverture du journal annonçait : «Pourquoi le climat change»." Mais très vite, estime le pure player, ils ont contribué à "dépolitiser les enjeux liés au changement climatique" pour mieux permettre "à des géants de la pollution d’intercaler des pages de publicités".

"La presse française, tête dans le charbon"

Outre-Manche, The Guardian expliquait de son côté, en début d’année, qu’il avait pris "conscience des graves insuffisances de son journal quant à sa couverture du changement climatique", qu’il considère comme "le sujet le plus important du monde". Surtout, le quotidien prenait l’engagement de "nommer les pires pollueurs et trouver qui continue de les financer". Une évolution possible en France ? On n'en prend pas le chemin.

L'occasion de relire notre enquête : Le Guardian part en guerre contre les énergies fossiles

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.