Le procès des liens troubles entre France Télés et Bygmalion
reportage

Le procès des liens troubles entre France Télés et Bygmalion

"L'art de gouverner, c'est l'art de s'entourer" (Patrick de Carolis)

Réservé à nos abonné.e.s
C'est l'autre affaire Bygmalion... moins retentissante que celle des comptes de campagne de Sarkozy en 2012. Depuis lundi 15 novembre, la justice se penche sur les liens troubles qui, sous le mandat de Patrick de Carolis à la tête de France Télévisions, ont uni le groupe audiovisuel public à la société Bygmalion. En cause : de juteux contrats accordés par France Télés à la société de conseil en communication. @si a suivi ces premiers jours d'un procès qui prendra fin ce jeudi 24 novembre. Récit.

"Vous êtes de quel média ? Arrêt sur images… ah" s'enquiert Patrick de Carolis d'un ton monocorde. Impassible, les yeux dans le vague : impossible de savoir si l'ex-président de France Télévisions se souvient que c'est lui, qui a viré notre émission du service public. Devant la salle d’audience de la 32e chambre correctionnelle du Palais de justice de Paris, où il est jugé depuis le 15 novembre, Carolis jauge l'assistance : une reporter de l'AFP, un autre de Télérama et un journaliste d’@si. Ce lundi 15 novembre, rares sont les médias à assister au procès qui durant deux semaines doit se pencher sur les liens troubles sc...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.