Le nouveau président de Radio France interpellé sur la pub
Brève Vidéo

Le nouveau président de Radio France interpellé sur la pub

De la pub pour la Matmut sur France Inter, ça irrite les auditeurs depuis (au moins) 2006, mais c'est légal. Mathieu Gallet, PDG de Radio France depuis le 12 mai, est venu dans la matinale de Patrick Cohen (où il a notamment annoncé le débarquement immédiat de Philippe Val de la direction de France Inter, remplacé par Laurence Bloch). Mais la séance de questions avec les auditeurs a fait ressortir les fantômes publicitaires du placard. Le service public n'a pas le droit de faire de publicité pour une marque, mais joue avec la charte pour en proposer quand même.

Depuis que la radio est filmée, on peut lire les réactions des invités sur leur visage, réactions parfois plus parlantes que le discours tenu à l'antenne. Comme le sourire gêné de Mathieu Gallet lorsque Patrick Cohen le relance sur la présence, à l'antenne, d'une publicité pour une entreprise privée, en l'occurrence la Matmut. Questionné par un auditeur sur la fréquence des publicités, le PDG de Radio France élude en comparant la situation de la station avec celle de ses concurrentes. "On n'a pas de publicités pour la promotion sur les cotelettes d'agneau sur Inter" tempère-t-il. "Non mais le privé a aussi la Matmut" lui rétorque Cohen.

Matmut et sourire crispé picto

Les plaintes des auditeurs à propos de ce fameux spot publicitaire (joué par Philippe Chevallier et Régis Laspalès) sont recensées depuis 2006. Le modérateur des forums de Radio France doit s'épuiser à force de fournir des réponses aux auditeurs mécontents. A tel point qu'une pétition a été créée (sans beaucoup de succès).

La charte de Radio France n'autorise pas la publicité pour des marques. Les antennes radio du service public peuvent diffuser des messages de publicité collective (promotion des produits laitiers par exemple) et d'intérêt général (lutte contre le tabac). En revanche, étrangement, la grille tarifaire de la régie publicitaire propose davantage d'organismes susceptibles d'être diffusés à l'antenne.

On peut ainsi lire que les coopératives et les mutuelles sont autorisées. Le Crédit Agricole serait donc légitime. Leclerc et Super U également, qui sont juridiquement des coopératives de commerçants. Les entreprises publiques et parapubliques peuvent également acheter de l'espace publicitaire. Parapubliques ? Oui Vinci, GDF-Suez, dont l'Etat est au capital, pourraient diffuser leurs messages promotionnels sur les antennes de Radio France. Le groupe semble donc avoir choisi de comprendre la notion "d'intérêt général" dans son acception la plus large, ouvrant son antenne à des coopératives qui n'ont pourtant plus grand chose de l'esprit mutualiste.

Un billet de blog de Médiapart relevait ces cas de pubs "illicites" ou, tout du moins, à la limite de la légalité. Les recettes publicitaires représentent 42 millions d'euros pour Radio France. France Inter, avec plus de 5 millions d'auditeurs, un temps consacré à la pub assez faible et une audience CSP+, on comprend l'intérêt des publicitaires.

Elisabeth Denys

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.