Le jour où la préfecture de Paris a voulu priver de manif un photographe indépendant
enquête

Le jour où la préfecture de Paris a voulu priver de manif un photographe indépendant

"C'est surréaliste !" (Nnoman)

Réservé à nos abonné.e.s
Grosse boulette ? La préfecture de police de Paris a finalement fait machine arrière lundi soir. Ce week-end, en vertu des dispositions de l'état d'urgence, elle avait interdit par arrêté au photoreporter indépendant Mannone Cadoret, dit Nnoman, de couvrir la manifestation du 17 mai contre la loi travail, comme le relatait ce lundi Buzzfeed. Une mesure déjà prise ce weekend contre une dizaine de militants du collectif "Antifasciste Paris Banlieue" (Afa) et "du mouvement interluttes indépendant" (Mili). Le motif: "les violences" dont ils pourraient se rendre coupables lors de la manifestation. Nnoman, un journaliste "casseur"? Non, un photographe engagé.

Après les arrêtés préfectoraux envoyés à une dizaine de militants "antifascistes" et "anticapitalistes" leur interdisant de participer à la manifestation du 17 mai contre la loi travail, c'était donc au tour d'un photographe de se voir interdire par la préfecture l'accès au rassemblement. C'est le site Buzzfeed qui l'annonçait le premier ce lundi à la mi-journée dans un article titré "Etat d'urgence : un journaliste interdit de couvrir une manifestation contre la loi travail".

nouveau media

En effet, Mannone Cadoret, dit Nnoman, membre du collectif de photographes Oeil (Our Eye is Life), qui collabore notamment au magazine Fumigène, avait reçu ...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.