Le gouvernement rame pour sauver la riposte graduée
suivi

Le gouvernement rame pour sauver la riposte graduée

Grands moyens pour contrer le Parlement européen

Réservé à nos abonné.e.s
C'est ce qu'on appelle une gifle. Lundi, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a adressé une fin de non recevoir à Nicolas Sarkozy. Le président français lui avait demandé officiellement de rejeter un amendement du Parlement européen bien embarrassant pour le gouvernement français : il rendait de facto caduque la "riposte graduée", qu'il tente d'imposer depuis des mois pour sanctionner les internautes indélicats vis-à-vis des droits d'auteur.

C'est ce qu'on appelle une gifle. Lundi, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a adressé une fin de non recevoir à Nicolas Sarkozy. Le président français lui avait demandé officiellement de rejeter un amendement du Parlement européen bien embarrassant pour le gouvernement français : il rendait de facto caduque la "riposte graduée", qu'il tente d'imposer depuis des mois pour sanctionner les internautes indélicats vis-à-vis des droits d'auteur.



Retour sur les épisodes précédents. Le 24 septembre, le Parlement européen a adopté en première lecture un amendement imposant qu'un juge statue ...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.