Le Figaro : un remontant pour les électeurs de droite
Brève

Le Figaro : un remontant pour les électeurs de droite

Pour un électeur de droite, la lecture du Figaro doit faire un bien fou quand tous les sondages annoncent la défaite de Nicolas Sarkozy depuis des mois. Illustration avec l'édition de ce mercredi 28 mars.

En Une d'abord, "Hollande-Sarkozy : l'écart se resserre encore". Certes, Hollande est toujours en tête avec 54% des intentions de vote (une broutille) mais les courbes sont éloquentes.


D'ailleurs, au PS, ils sont au plus mal... en page 2. Le quotidien publie une magnifique synthèse sur "ces affaires qui empoisonnent le PS" dans l'Hérault et les Bouches du Rhône (avec en photo l'incontournable sénateur socialiste, Jean-Noël Guérini).



Des affaires embarrassantes donc, qui contrastent avec l'amélioration des sondages pour Nicolas Sarkozy qui "réduit l'écart" avec Hollande et surtout "domine largement sur les thèmes régaliens".

Vous l'aurez compris, à l'UMP, tout va bien ! A Nantes, Sarkozy a même "réuni la famille". Oncle Copé, tante Dati et "même Bernadette Chirac" étaient là pour écouter Sarkozy qui n'a pas oublié "les écoliers en difficulté" en proposant une nouvelle mesure pour développer le soutien scolaire.

De son côté, François Hollande (qui rappelons-le est rattrapé par Sarkozy dans les sondages et soutenu par un parti miné par les affaires) "cherche le bon tempo". Sa campagne patine depuis Toulouse et il voudrait enfin "sortir du thème de la sécurité imposé par son adversaire".

Et comment en sortir ? En essayant de se convaincre que la tuerie de Toulouse n'aura pas de conséquences sur l'opinion. "Pour le PS, Toulouse n'aura pas d'impact sur le scrutin", peut-on lire en page 5. Pour l'opinion publique non plus d'après les sondages de l'après-tuerie, mais sait-on jamais, les électeurs peuvent changer d'avis alors mieux vaut ne pas l'écrire dans Le Figaro.

Une chose est acquise en tout cas : à droite, seul Sarkozy fait une bonne campagne. Car Bayrou n'est pas au mieux de sa forme comme l'explique Le Figaro avec le dernier "cafouillage" de sa campagne (interrogé sur sa proposition d'étendre les bourses universitaires, Bayrou a pataugé dans la semoule en affirmant qu'elle ne figurait pas dans son programme avant de se reprendre).



Un numéro du Figaro exceptionnel donc ? Non, c'est quotidien. La veille, le journal expliquait par exemple que Hollande était "dans l'expectative" alors que Sarkozy était "sûr de sa stratégie gagnante" et qu'à l'UMP, "élus et militants retrouvent le sourire".


Et les nouveaux soupçons de financement illégal du Sarkotour 2007 dans le cadre de l'affaire Bettencourt ? Un simple petit encadré relégué... en page 14, entre le proxénétisme à Lille et l'affaire du Sofitel (merci DSK).

Pour voir la collection complète des meilleures Unes du Figaro, reportez-vous à notre dossier collector.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.