Le fiasco de la fusion de Technip, dans l'indifférence générale
enquête

Le fiasco de la fusion de Technip, dans l'indifférence générale

Conflits d'intérêt : une illustration de la "théorie Macron"

Réservé à nos abonné.e.s
La fusion d’un géant français de l’industrie pétrolière avec un groupe américain tourne au fiasco… et tout le monde (ou presque) s’en fout. Pourtant, ce mariage entre le groupe Technip et le texan FMC ressemble en de nombreux points au dossier Alstom, dont la branche énergie a été vendue à l’américain General Electric, mais qui avait connu à l’époque un plus grand succès médiatique. Parmi les points communs : Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie, a soutenu la fusion de Technip conseillée par la banque Goldman Sachs et… Rothschild. Pourquoi ce silence ? Une enquête à ranger dans notre dossier "Trous noirs dans l’information".

"L'opération est excellente pour le groupe" avait claironné Emmanuel Macron alors ministre de l’économie. Nous étions en mai 2016. L’opération en question ? Le projet de fusion du groupe Technip – entreprise du CAC40 et fleuron de l’industrie française comme on dit dans les titres de presse économique – avec l’Américain FMC Technologies. Tous deux sont des parapétroliers. Le premier est spécialisé dans la construction pour l'industrie pétrolière (plates-formes ou raffineries), le second dans les équipements pétroliers sous-marins.

Technip est un nom que vous voyez probablement pour la première f...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.