Le combat d'Eolas contre "l'Institut pour la Justice"
enquête

Le combat d'Eolas contre "l'Institut pour la Justice"

L'avocat blogueur dénonce une manipulation de l'opinion, dans une affaire criminelle

Réservé à nos abonné.e.s
Une vidéo poignante vue par plus d'un million d'internautes, un pacte 2012 proposé par une association baptisée "Institut pour la Justice" (IPJ) et un blogueur influent particulièrement remonté. L'affaire Censier, du nom d'un jeune homme décédé en août 2009 des suites d'une agression, a quitté la semaine dernière la sphère judiciaire pour devenir une affaire médiatique. Le père de la victime a mis en ligne sur internet une vidéo dans laquelle il fait un récit particulièrement poignant du drame qui a abouti à la mort de son fils. Dans cette vidéo, il dénonce les dysfonctionnements de la justice, qui ont abouti à la libération de celui qui s'est accusé d'avoir porté les coups mortels. Et il appelle les citoyens à voter pour le pacte 2012 de l'IPJ, un texte réclamant davantage de répression contre les criminels.



Mais attention, pour Maître Eolas, célèbre avocat de la blogosphère, tout ceci ne serait qu'une "manipulation". A la fois du père, qui aurait omis de nombreux aspects du dossier, et surtout de l'IPJ, une association qui recruterait des familles de victimes à des fins de lobbying pour défendre une politique du tout répressif. Des attaques que conteste l'IPJ.


C'est une vidéo choc qui joue sur l'émotion : "En vous envoyant cette vidéo, j'ai conscience de commettre un acte grave", commence la voix off, appuyée par le texte qui défile à l'écran. C'est celle de Joël Censier, un policier de 52 ans qui a perdu son fils en août 2009. La ...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.