"L’antisémite, c’est celui qui prétend être le meilleur sociologue"
article Vidéo

"L’antisémite, c’est celui qui prétend être le meilleur sociologue"

Réservé à nos abonné.e.s
Pourquoi certains se disent-ils juifs alors qu’ils ne sont ni croyants ni pratiquants ? Existe-t-il vraiment une « culture » juive ? Un « peuple » juif ? Pour ne pas tomber dans l’insoluble question de l’identité juive, ne devrais-je pas rester concentrée sur la plus universelle question sociale ? Pour répondre à toutes ces questions Laura Raim reçoit dans l’émission Aux Ressources de Hors-série, le philosophe Bruno Karsenti. Auteur de "La question juive des modernes. Philosophie de l’émancipation", il revient aux origines de l’antisémitisme. Quelle différence avec l'islamophobie ? Avec le racisme ? "Au départ, explique-t-il, l’antisémite, c’est celui qui prétend être le meilleur sociologue, c’est-à-dire celui qui prétend voir sous l’émancipation libérale des sous-groupes-persistants, un sous-groupe persistant déréglant le jeu. Et ça c’est de la sociologie. » Pour étayer son propos, Karsenti livre une analyse de " La France juive" d'Edouard Drumont, ouvrage antisémite qui a connu un grand succès au milieu des années 1880. Selon Karsenti, ce livre a pour but de démontrer que "dans tel secteur d'activité, à telle place de la Nation, il y a tant de juifs qui font réseaux, qui sont liés entre eux et qui constituent en réalité un groupe qu'on ne voit pas."

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.