La vidéo promo de Nabilla pour le bitcoin : passion ou pub clandestine ?
enquête

La vidéo promo de Nabilla pour le bitcoin : passion ou pub clandestine ?

Et Nabilla vanta le bitcoin. La vedette de télé-réalité, très suivie sur les réseaux sociaux, s’est fendue d’un éloge pour cette crypto-monnaie… et surtout pour un site de formation en trading de bitcoin. Sans indiquer clairement si elle était rémunérée pour le faire.

Le bitcoin, "monnaie du futur" et "grave en train de se développer". Ce n’est pas nous (qui consacrions une enquête à cette crypto-monnaie en 2013) qui le disons, mais Nabilla Benattia. La vedette de télé-réalité aux 2,6 millions de followers sur Twitter, et à peu près autant sur Instagram s’est lancée dans la promo du bitcoin. Avec une vidéo Snapchat de trois minutes et demie, durant lesquelles elle vante cette monnaie virtuelle… et surtout fait la promo d’un site de formation au trading de bitcoins, qu’elle connaît par "une des filles qui travaille avec un trader à fond sur le bitcoin".

Pour ceux qui n’auraient pas suivi la fièvre des dernières semaines, le bitcoin est la plus connue des devises virtuelles. Elle permet d’effectuer des transactions sans passer par des institutions bancaires. Un système de paiement alternatif qui repose sur un fonctionnement en réseau, en l’occurrence un maillage d’utilisateurs connectés. Ce sont ces utilisateurs qui mettent en commun de (très) puissants ordinateurs pour effectuer du "minage" : des opérations de calcul qui permettent de constituer un registre dématérialisé des échanges effectués afin de s’assurer de la sécurité des transactions.

Le site que Nabilla vante, TraderLeBitcoin, existe depuis deux mois et est situé en Andorre. L’un de ses deux fondateurs est trader de bitcoins depuis plusieurs années, selon l’autre fondateur Romain Bailleul, contacté par Arrêt sur images. Le site propose des formations payantes au trading du bitcoin. Il possède également un partenaire, courtier intermédiaire, eToro, qui propose d’acheter des bitcoins pour un minimum de 500 dollars.

Un site de formation à propos duquel Nabilla, couronne de cœurs sur la tête, ne tarit pas d’éloges dans sa vidéo. "Sûr", qui a "plus de 85% de taux de réussite" (à propos de quoi, on ne comprend pas vraiment), géré par des personnes "hyper cool, hyper réglo". Et un "bon investissement" encadré où il n’y a "rien à perdre", assure-t-elle. C’est le message que fait passer Nabilla dans cette vidéo, qui ressemblerait à s’y méprendre à une belle opération de promotion. D'autant que la jeune femme n’a pas oublié de mettre dans sa vidéo un lien vers le site dont elle parle, et vers sa page Facebook. Invitant ses abonnés à s’y rendre et à leur envoyer un message privé avec le mot "Nabilla" pour recevoir des informations sur le fonctionnement du site.

Promo réussie pour le site

D’abord postée le 24 décembre sur Snapchat (site de courtes vidéos), la vidéo a ensuite été publiée sur le site de conseil en trading après sa disparition du réseau social (les vidéos de Snapchat sont effacées au bout de 24 heures). Avant d’être mise en accès public sur Youtube sur la chaîne CryptoTraders, chaîne officielle du site TraderLeBitcoin le 8 janvier dernier. Et d’être ainsi remarquée par un public plus large, et plus critique.

A commencer par… l’Autorité des Marchés Financiers. Qui s’est fendu le 9 janvier d’un tweet préventif à l’intention de… Nabilla : "Le bitcoin c’est très risqué ! On peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l’écart."

Tweet AMF à Nabilla

Un avertissement que le site et son co-fondateur Romain Bailleul se sont empressés d’approuver sur Twitter. Il faut dire que l’opération com' a bien fonctionné pour eux : on ne compte plus les dizaines d’articles critiques qui ont relayé la vidéo de Nabilla, du Monde à Capital, en passant par Libération, Le Figaro, Le Point, Les Échos, Marianne… Continuant ainsi à diffuser le nom du site dont la star fait la promotion. D’après Bailleul, contacté par Arrêt sur images, l’action a rapporté 30 000 intéressés sur la page Facebook depuis le 24 décembre. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de remercier, non sans ironie, les médias pour avoir participé à la promotion de son site : "Mission accomplie. Merci à nos amis journalistes pour le buzz et la publicité", twitte Bailleul mercredi 10 janvier.

Romain Bailleul remercie les médias

Nabilla, Reine des posts "sponsos"

Alors publicité ou nouvelle passion subite de la star de la télé-réalité (on en doute…) ? Contacté par Arrêt sur images, le co-fondateur de TraderLeBitcoin, Romain Bailleul, refuse de détailler les conditions du partenariat, "pour des raisons juridiques". Mais reconnaît que la vidéo est le fruit d’une réflexion concertée. "Notre démarche n’était pas de convertir les adolescents au bitcoin, puisqu'il faut être majeur pour acheter et revendre du bitcoin, explique Bailleul. L’idée était plutôt de toucher des gens, des hommes adultes, qui suivent Nabilla et avaient déjà entendu parler du bitcoin." Sauf que rien, dans la vidéo, n’indique clairement un partenariat ou une publicité. Et ne pas signaler l’un ou l’autre est, comme Arrêt sur images aime régulièrement à le rappeler, interdit par la loi. L’article 20 de la loi du 21 juin 2004 dispose bien que "toute publicité, sous quelque forme que ce soit, accessible par un service de communication au public en ligne, doit pouvoir être clairement identifiée comme telle. Elle doit rendre clairement identifiable la personne physique ou morale pour le compte de laquelle elle est réalisée".

Avec Nabilla, ils ont en tout cas choisi une valeur sûre : la vedette de télé-réalité s’est fait une spécialité des tweets et autres messages "sponsorisés", rarement clairement présentés comme tels, et souvent bien chèrement payés. En octobre 2015, l’émission Le Tube de Canal + révélait ainsi les tarifs de la jeune femme. A l’époque, selon les journalistes du Tube, les tarifs tournaient autour de 2 000 euros le tweet et 1 500 le post Instagram. Une activité rentable pour la star, qui n’arrête pas de parler produits, comme l’avait découvert notre chroniqueuse Klaire fait grrr à l’occasion de sa plongée dans l’internet de la star.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.