La reconnaissance faciale, outil d'enquête journalistique?
article

La reconnaissance faciale, outil d'enquête journalistique?

L'expérience aussi intéressante qu'inquiétante de deux journalistes suisses

Réservé à nos abonné.e.s
Un média suisse allemand a réalisé une enquête en comparant automatiquement des photos extraites d'Instagram avec les visages de responsables politiques, ensuite confrontés à ces découvertes. Leur travail montre l'efficacité du procédé et pose beaucoup de questions. Il ouvre aussi un nouveau champ d'enquêtes pour les journalistes.

Ils ne sont finalement arrivés que troisièmes de leur catégorie à l'édition 2021 du Swiss Press Award. Mais le travail de Timo Grossenbacher et de Felix Michel, montrant que la reconnaissance faciale était désormais un outil presque à la portée de tout un chacun, journalistes compris, a suscité sur Twitter l'attention de journalistes francophones – dont l'auteur de ces lignes. "Un truc qui scanne tous les comptes Instagram de peoples en Suisse et qui cartographie en temps réel leur emplacement"imagine ainsi l'ancien journaliste du quotidien suisse Le Temps et fondateur de la newsletter Bulletin, Jean Abbiateci. "Un truc" pour enquêter sur les exilés fiscaux qui ne respectent pas les règles, répond un autre. "En France : qui a partici...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.