La presse US salue la réforme Obama, mais...
à l'étranger

La presse US salue la réforme Obama, mais...

souligne les risques électoraux pour les démocrates

Réservé à nos abonné.e.s
Après une première réforme historique en 1965 du temps du président Lyndon Johnson, Barack Obama, malgré la violente opposition des républicains et de certains démocrates (34 ont voté contre), a finalement obtenu que les démocrates qui le soutiennent votent la réforme de la santé bloquée depuis des mois. Pour y arriver, il a dû faire de nombreuses concessions, y compris aux opposants à l'avortement : ceux qui auront une assurance médicale subventionnée par l'Etat, auront une surprime à leur charge pour couvrir les frais d'un éventuel avortement, qui sinon, ne sera pas du tout remboursé.

Jusque là, le système de santé américain reposait sur une assurance proposée par l'employeur (avec ou sans participation plus ou moins importante de l'employé) ou sur une assurance individuelle, plus (depuis 1965) deux systèmes subventionnés par l'état fédéral qui concernaient 98 millions de personnes en 2009 : Medicare réservé à certaines personnes handicapées et aux plus de 65 ans, Medicaid pour les bas revenus en fonction de critères et de modalités qui varient d'un état à l'autre.

La photo de Une du Los Angeles Times montre Obama et Biden, son vice président, qui applaudissent devant l'écran ...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.