La presse française, et son ami Ben Ali
article

La presse française, et son ami Ben Ali

Un livre révèle tous les liens entre l'ex-dictateur tunisien et les médias

Réservé à nos abonné.e.s
Pourquoi n'avons-nous rien vu venir ? Pourquoi la France n'avait-elle pas prévu la fuite du dictateur Ben Ali, le 14 janvier 2011 ? Peut-être parce qu'une très grande partie des élites hexagonales, politiques, intellectuelles et médiatiques, entretenaient de très bons rapports avec le régime.

Financements à peine cachés, invitations dans les hôtels de luxe tunisiens: le clan Ben Ali a su s'attirer les bonnes grâces des médias français. Le plan com' tunisien était orchestré, au sein de la puissante société Image 7, par... la compagne de Michel Boyon, le président du CSA.

C'est cet ahurissant tableau que dépeint Tunis Connection, un livre publié (au Seuil) par deux journalistes de Mediapart. Censure au Parisien ou à La Dépêche du midi, invitations au palace de patrons de presse comme Mougeotte (TF1) ou Tavernost (M6), les exemples cités sont confondants. Mais pas exhaustifs : la Tunisie conserve au chaud les arc...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.