La longue lutte de Dupont-Aignan et des médias
article

La longue lutte de Dupont-Aignan et des médias

Le possible premier ministre de Le Pen a été moqué et boycotté. Et il a lui-même balancé.

Réservé à nos abonné.e.s
Moqué, singé, boycotté, mais finalement vengé. Avant de se déclarer soutien de Marine Le Pen, avant de prétendre à une place de premier ministre si celle-ci était élue au second tour de l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a eu une relation mouvementée avec les médias. Abondamment raillé, il a fini par développer un art consommé de batailler avec ces médias, jusqu'à réussir à s’appuyer sur eux pour faire parler de lui.

"Petit" candidat est devenu "grand". Vendredi soir, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé sur France 2 son ralliement à Marine Le Pen. Dans la foulée, celle-ci a révélé les termes de l'"accord de gouvernement" conclu avec lui : Dupont-Aignan sera premier ministre si elle est élue au second tour de l'élection présidentielle, dimanche prochain. Le "petit" candidat Nicolas Dupont-Aignan, qui a rassemblé un peu moins de 5% derrière sa candidature au premier tour, a de ce pas rejoint la cour des grands... médiatiques. Toute la presse a couvert cet "accord de gouvernement" conclu entre la candidate frontiste et le candidat de Debout la République.

Pourtant, il ...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.