La loi Macron veut-elle la peau des lanceurs d'alerte ?
article

La loi Macron veut-elle la peau des lanceurs d'alerte ?

Forte mobilisation de journalistes ; Macron et Sapin rassurent

Réservé à nos abonné.e.s
Une "mobilisation sans précédent dans le monde du journalisme d'enquête" : c'est ainsi que Mediapart qualifie la vague de protestation qui agite la presse française, inquiète d'un amendement à la loi Macron semblant menacer la possibilité d'enquêter dans les milieux économiques au nom du "secret des affaires". Le ministre des Finances Michel Sapin a promis que le texte serait retravaillé lors du débat parlementaire.

"Sous couvert de lutte contre l’espionnage industriel, le législateur instaure comme nouvelle arme de dissuasion massive contre le journalisme un «secret des affaires» dont la définition autorise ni plus ni moins une censure inédite en France", explique une pétition qui compte 1600 signataires (à 13h30, heure où nous écrivons ces lignes), et à peu près tout ce que la France compte d'organisations professionnelles de journalistes – les sociétés de journalistes de Radio France, l'Agence France-Presse, TF1, France 2, Mediapart, Le Figaro, Libération, Le Parisien, RFI, BFM, RMC, etc.

La pétition, sur le site de Mediapart

L'association de la presse judiciaire s'alarme d'un amendement "catastrophique pour la liberté d'informer" ; le président de...

Il vous reste 84% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.