"Contre-propagande" de Schiappa, un air de déjà-vu
article

"Contre-propagande" de Schiappa, un air de déjà-vu

Réservé à nos abonné.e.s
Marlène Schiappa a annoncé le déploiement d'une "unité de contre-discours républicain" pour lutter contre le "cyber-islamisme". Un système déjà en place entre 2015 et 2018, initié lorsque Manuel Valls était Premier ministre. Son nom : Stop Djihadisme, son bilan : quasi-nul. Flash-back.

L'heure de la contre-attaque gouvernementale a sonné. Vendredi 23 octobre, une semaine après l'assassinat de Samuel Paty, Marlène Schiappa a annoncé la création d'une "unité de contre-discours républicain", chargée de lutter contre le "cyber-islamisme" sur les réseaux sociaux.  Placée "sous l'autorité du comité interministériel à la prévention de la délinquance et de la radicalisation et de la lutte contre les dérives sectaires"(CIPDR), sous l'égide du préfet Christian Gravel (nommé le 10 octobre dernier), elle aura pour mission d'investir les plateformes et d'offrir une réponse à certains discours de haine en ligne.

"On voit se développer des discours d'islamistes sur la toile, de victimisation systématique, sans que personne ne les...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

M6 et "les ministres dans les restaurants clandestins"

Le "chef des stars" Christophe Leroy officie comme restaurateur clandestin au Palais Vivienne, chez Pierre-Jean Chalençon

Comment rater un documentaire sur QAnon

HBO enquête sur le mouvement complotiste... à la manière complotiste

Twitter bannit Trump... et le web de l'ombre s'épanouit

La censure de l'extrême droite américaine, un risque plus qu'un bénéfice

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.