Journalistes violentés : deux poids deux mesures sur les plateaux
article

Journalistes violentés : deux poids deux mesures sur les plateaux

Réservé à nos abonné.e.s
Depuis le début des Gilets jaunes, des journalistes sont souvent pris pour cible sur le terrain. Par la police, et par les manifestants. Mais malgré un nombre de blessés considérablement plus important par les forces de l'ordre, la focale médiatique se fixe davantage sur les violences commises par les manifestants. Exemple avec deux cas emblématiques.

Ce sont deux exemples emblématiques de violences envers les journalistes dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes. Le premier se déroule le 8 décembre, à Paris. Le photographe du Journal du dimanche Eric Dessons est frappé deux fois à la main à coups de matraque par des CRS. Deux fois lors de deux charges différentes, à la main dans laquelle il tient son appareil photo, et un brassard "presse" autour du bras, selon son journal, qui a protesté auprès de la préfecture de police. Le deuxième exemple, c'est l'équipe de journalistes de LCI, accompagnée d'agents de sécurité, attaquée par un groupe de Gilets jaunes le samedi 12 janvier, à Rouen. 

Deux agressions comparables

Dans les deux cas, il ne fait pas de doute que les personnes v...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.