Jazz : où est passé le mystique ? (Hors-série)
Brève Vidéo

Jazz : où est passé le mystique ? (Hors-série)

L'importance du mystique est-elle effacée des études sur le jazz ? Invité sur le plateau de Hors-Série, le saxophoniste Raphaël Imbert revient sur son livre Jazz Suprême : Initiés, mystiques et prophètes (Editions de l'Eclat), évoque le rapport entre jazz et religion. Et la manière dont la dimension religieuse du jazz est peu à peu effacée par ses commentateurs. "Au début des années 1960, on va interviewer des prêtres pour parler de la musique religieuse de Duke Ellington. A la fin des années 60, c'est fini", rapporte Imbert. Un "basculement" qui se voit très bien selon lui dans les articles des années 60 des magazines Jazz Hot et Jazz Magazine.

Une disparition qui interpelle Raphaël Imbert : "Quand on étudie Olivier Messiaen, grand compositeur mystique, français, catholique, ça viendrait jamais à l'idée d'un musicologue qui étudie Messaien de passer à côté" de cette dimension, pointe-t-il. Tout simplement parce qu'il s'agit là d'un représentant de la "grande culture occidentale" ?

Pour voir l'intégralité de l'émission : Mystiques du jazz, avec Raphaël Imbert.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Les Enfoirés, révélateurs malgré eux d'un violent conflit de générations

"A vous de jouer, mais faudrait vous bouger" : UMP, ou Enfoirés ?

Comment incarner un musicien à l'écran...

...quand on n'a jamais touché une flûte

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.