Isabelle Giordano, des "ménages" au comité d'éthique de Radio France, (Acrimed)
Brève

Isabelle Giordano, des "ménages" au comité d'éthique de Radio France, (Acrimed)

Habituée des "ménages", et déontologue.

Le site Acrimed s'est penché le 29 novembre sur la nomination, en mars dernier, d'Isabelle Giordano, ancienne journaliste, notamment à France Inter, au comité d'éthique de Radio France. Une nomination qu'Acrimed commente avec ironie, puisque, rappelle le site, Giordano est "réputée pour ses «ménages»".

Pour ceux qui ne connaîtraient pas notre dossier sur le sujet, un "ménage" est une animation ou intervention rémunérée, effectuée par des journalistes au sein d'une entreprise ou d'une organisation. Or la charte de déontologie des journalistes stipule qu'un journaliste "ne touche pas d'argent d'un service public, une institution ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations seraient susceptibles d'être exploitées".

A quoi Acrimed fait-il référence, dans le cas de Giordano ? D'abord au film, sorti en 2011, Les Nouveaux Chiens de garde, charge contre le journalisme de connivence et les collusions entre médias français et pouvoir politique. Dans ce film, plusieurs journalistes étaient épinglés pour leurs conflits d'intérêts. Parmi ceux-là, Isabelle Giordano: elle aurait notamment fait un ménage pour la société Sofinco, ce qui ne l'avait pas empêché d'inviter le responsable com' de cette même société dans son émission de défense des consommateurs, Service public, sur France Inter. Dans le documentaire, un faux patron se voyait également proposer les services de la journaliste pour 12 000 euros la demi-journée.

Extrait des Nouveaux Chiens de garde

Autre exemple avancé par Acrimed: les premières assises de la consommation en 2009, organisées par le ministère de l’Économie. Dépêchée sur place pour son émission de radio, Giordano était également l'animatrice de la journée, ce qu'elle n'avait pas précisé à l'antenne de France Inter. A noter que l'article qu'Acrimed y consacrait à l'époque commentait : "Peut-être Mme Giordano n'a-t-elle pas été rémunérée pour cette longue journée de bons et loyaux services «publics». Mais au fond qu'importe exactement de savoir s'il s'agit à proprement parler d'un «ménage», quand une journaliste de l'audiovisuel public en activité met sa notoriété au service de l'animation enthousiaste d'une réunion qui est, en grande partie, une opération de communication gouvernementale et patronale et troque son rôle de journaliste pour celui de chargée de communication?" Autrement dit: mélange des genres, sans aucun doute. Ménage ? A vérifier.

Pour rappel, le comité d'éthique de Radio France, plus précisément le "Comité relatif à l’honnêteté, à l’indépendance et au pluralisme de l’information et des programmes de Radio France", a été créé en mars 2017 en application de la loi Bloche de novembre 2016 (à propos de laquelle le député PS Patrick Bloche, instigateur de la loi, était venu débattre sur notre plateau) sur l'indépendance des médias.

L'occasion de (re)lire nos récents articles sur les "ménages" de journalistes ici et .

L'occasion de (re)voir notre émission sur la loi Bloche sur l'indépendance des médias : "Bolloré et Hollande ont un intérêt conjoint à étouffer l'investigation".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.