Intox russes : The Intercept "désintoxe" le Washington Post
article

Intox russes : The Intercept "désintoxe" le Washington Post

Réservé à nos abonné.e.s
La Russie de Poutine a-t-elle influé sur l'élection américaine ? Déjà accusé (sans preuves) d'avoir piraté des milliers de courriels internes du parti démocrate pour déstabiliser Hillary Clinton, le Kremlin a-t-il contribué à propulser Trump à la Maison Blanche ? C'est la thèse défendue par le Washington Post. S'appuyant sur les travaux de plusieurs chercheurs présentés comme "indépendants", le journal de Jeff Bezos affirmait que le gouvernement russe aurait commandé la diffusion massive d'intox visant à discréditer Clinton. Mais ces allégations, peu étayées, comme @si le pointait, sont-elles fiables ? Le site d'investigation The Intercept a mené la contre-enquête et remet en cause la supposée objectivité du Post dans cette affaire.



Quand Greenwald fact-checke le Washington Post. Dans un article paru le 26 novembre, les journalistes de The Intercept, Glenn Greenwald et Ben Norton, se sont penchés sur un article du Post paru la veille et intitulé : "L'effort de propagande russe a contribué a répandre des fausses nouvelles durant l'élection, affirment des experts". Mais qui sont donc ces "experts" dont le Post relaie les conclusions selon lesquelles des millions d'Américains auraient été trompés par une campagne de désinformation émanant de Moscou et relayée par des médias US ?

Le Post explique s'être notamment appuyé sur l'expertise de PropOrNot.com, "une équ...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.