Inter : Val vire un journaliste pour avoir cité Siné hebdo ?
Brève

Inter : Val vire un journaliste pour avoir cité Siné hebdo ?

Première décision contestée de Philippe Val, tout juste arrivé à la tête de France Inter. Selon un communiqué signé par plusieurs syndicats de la station, le Syndicat national des journalistes de Radio France, Val aurait viré Frédéric Pommier, qui effectuait la revue de presse dans la matinale de la station : "Le titulaire de la revue de presse a été remercié dans les 2 heures qui ont suivi la prise de fonction de Philippe Val, et aucune proposition ne lui a été faite."

Première décision contestée de Philippe Val, tout juste arrivé à la tête de France Inter. Selon un communiqué signé par plusieurs syndicats de la station, le Syndicat national des journalistes de Radio France, Val aurait viré Frédéric Pommier, qui effectuait la revue de presse dans la matinale de la station : "Le titulaire de la revue de presse a été remercié dans les 2 heures qui ont suivi la prise de fonction de Philippe Val, et aucune proposition ne lui a été faite."

Selon les syndicats, la raison en est simple : "Notre confrère paye surtout le fait d'avoir cité Siné Hebdo dans la revue de presse. Philippe Val, à l'époque directeur (et actionnaire) de Charlie Hebdo, lui en avait vertement et devant témoins fait le reproche."

Le ton du communiqué est lourd : "Les syndicats n'accepteront aucun règlement de compte personnel, aucune suspicion illégitime, aucun procès d'intention, aucune mise au rancart d'un membre de la rédaction pour des motifs non professionnels. Nous le répétons une dernière fois avant qu'un grave conflit ne s'ouvre. Les journalistes de France Inter n'ont qu'une exigence : continuer à assurer leur travail de présentateurs, de reporters, de spécialistes, calmement, sérieusement, professionnellement, librement."

Ce matin, Pommier n'a pas assuré la revue de presse, qui a été effectuée par Alain le Gouguec.

Mise à jour 18h30 : Selon Lexpress.fr, Frédéric Pommier était en congé aujourd'hui, et assurera la revue de presse jusqu'à la fin de la saison.

Val à Inter ? Dès avril, Daniel Schneidermann y voyait "la plus sinistre blague de Sarkozy". Et si vous voulez vraiment vous faire du mal, tout notre dossier "Hees, l'Elysée s'offre Radio France" est ici.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.