Informer côté Assad : le pari difficile de l'AFP en Syrie
enquête

Informer côté Assad : le pari difficile de l'AFP en Syrie

Dictatures : agences sous pressions, dernier épisode

Réservé à nos abonné.e.s
C’est la seule agence de presse internationale à disposer encore d’une présence permanente en Syrie. Dans un pays ravagé par six ans de guerre, où l'américaine AP et la britannique Reuters ont été poussées vers la sortie dès le début du conflit, l’AFP maintient coûte que coûte son bureau local de Damas. Un point d’ancrage, soumis au carcan imposé par le régime. Comment travaille l'AFP côté régime? Sous haute surveillance et... avec beaucoup de pincettes.


C'est un petit bureau dans un immeuble ancien. C’est là, au cœur de Damas, bastion du gouvernement de Bachar Al-Assad, que se trouvent les locaux de l’AFP en Syrie. La seule agence de presse internationale à disposer encore d'un bureau local et donc d'une présence permanente dans ce pays dévasté par six ans de guerre. Alors que l'américaine AP et la britannique Reuters ont été poussées vers la sortie après le début du conflit, l’Agence France Presse, elle, maintient coûte que coûte ce point d'ancrage.

Une présence qui se résume dans les faits à une journaliste-rédactrice. Rim Haddad, syrienne, ex-atta...

Il vous reste 98% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.