Hôpitaux : deux morts, beaucoup de com', et pas mal de mauvaise foi
enquête

Hôpitaux : deux morts, beaucoup de com', et pas mal de mauvaise foi

Un UMP masqué, un urgentiste énervé, une ministre accrochée à sa loi

Réservé à nos abonné.e.s

En moins d'une semaine, un enfant de trois ans et un homme de 57 ans sont décédés en région parisienne suite à un dysfonctionnement du système hospitalier. Ces deux morts ont fait renaître le débat explosif sur l'organisation et la qualité des soins dans les hôpitaux publics. Face à face : les syndicats médicaux, notamment ceux des médecins urgentistes, et la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Pour défendre ses positions dans les médias, chacun a sorti ses arguments, parfois au mépris de la bonne foi. Tentative de clarification.

En moins d'une semaine, un enfant de trois ans et un homme de 57 ans sont décédés en région parisienne suite à un dysfonctionnement du système hospitalier. Ces deux morts ont fait renaître le débat explosif sur l'organisation et la qualité des soins dans les hôpitaux publics. Face à face : les syndicats médicaux, notamment ceux des médecins urgentistes, et la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Pour défendre ses positions dans les médias, chacun a sorti ses arguments, parfois au mépris de la bonne foi. Tentative de clarification.

Le débat fait périodiquement la une des médias. Il e...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.