Hausse de 30% des dividendes des groupes français (Libé)
Brève

Hausse de 30% des dividendes des groupes français (Libé)

40 milliards de dollars, soit une hausse de 30%. C'est le montant extravagant des dividendes versés à leurs actionnaires par les grands groupes français au deuxième trimestre, d'après une étude d'un gestionnaire d'actifs. Au moment où les entreprises bénéficient de la première tranche du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), soit près de 7 milliards d'euros, le chiffre fait tache. Libération ne s'y est pas trompé en titrant sur "l'indécence" de ces dividendes. En revanche, il fallait sortir sa loupe pour trouver ce chiffre dans Le Monde.



Pour une fois qu'on est parmi les meilleurs... Avec le Japon, l'Europe fait partie des "champions du monde des hausses de dividendes au deuxième trimestre (période où se concentre le versement de 40% des dividendes mondiaux annuels)", annonce Libé. Et en Europe, la France arrive en tête du classement établi par le gestionnaire d’actifs Henderson Global Investors (HGI). Les grands groupes français cotés en bourse ont battu leur record en versant 40,7 milliards de dollars de dividendes (+ 30,3% sur un an). C'est bien plus que l'Allemagne (+3,9% avec 33 milliards de dividendes versés) ou le Royaume-Uni (+9,7%, 33,7 milliards).

L'indécence, c'est bien cette hausse des dividendes (et pas le dernier rôle de Juliette Binoche)


Une partie de cette hausse est liée à des "facteurs objectifs" selon Libé : "7% de cette variation résulte ainsi de la fluctuation des taux de change (les montants sont libellés en dollars) ou encore, pour 4%, de l’évolution du périmètre des entreprises considérées". De là à aboutir à une hausse de 30%...

Sans surprise, ce sont les banques et les assurances qui se sont montrées les plus généreuses... avec leurs actionnaires. Axa a versé 2,7 milliards de dollars, un chiffre qui ferait presque passer le Crédit agricole pour un pingre (1,2 milliard). Autres grands donateurs, "la Société générale, qui «a réalisé une forte hausse», ou encore la BNP, «qui a continué ses versements de dividendes malgré la forte amende imposée par les régulateurs» américains", détaille Libé. Dans le même temps, le quotidien constate que les investissements ont baissé (-0,8% au deuxième trimestre). On ne peut pas tout payer non plus...

Hasard du calendrier, ces chiffres tombent au moment où les entreprises commencent à bénéficier du CICE, ces baisses de charges financées en partie par la hausse de la TVA sur les ménages. La première tranche s'élève à 7 milliards d'euros. Le secteur financier, qui se porte pourtant très bien, devrait en toucher près de 4%, soit 280 millions d'euros. Pour les redistribuer aux actionnaires ? Interrogé par Libé, le ministre du budget, Michel Sapin, assure qu'il "était difficile d’adopter une mesure distinguant les secteurs d’activité ou encore les tailles d’entreprises".

Si Libé fait sa Une sur cette hausse "indécente" des dividendes, le chiffre a (pour l'instant) été peu relayé ailleurs (on a trouvé un article de LaTribune.fr, une brève du Point.fr). De son côté, Atlantico donne la parole à un "économiste spécialiste du marché du travail" : pour Gilles Saint-Paul, cette hausse est le signe que "les entreprises restent prudentes et peu optimistes puisqu’elles préfèrent distribuer leurs profits à leurs actionnaires plutôt que de les réinvestir". Et celui-ci d'expliquer, sans rire, que "pour réduire le chômage de façon durable, il faut mettre en place un cadre réglementaire et fiscal durable, crédible et compétitif, et pour cela montrer une réelle capacité à réduire les dépenses publiques sur le long terme". Comme en supprimant le CICE ?

La palme de la reprise revient tout de même au Monde, qui relaie cette hausse de 30% dans un encadré sobrement intitulé "gouvernance". Pour l'analyse détaillée, il faudra attendre car le journal ne peut pas tout traiter : juste à côté de cet encadré, Le Monde révèle en exclusivité que Pikachu et ses Pokémon sont de retour !

Un nouvel élément pour notre dossier : "Bonus, profits, primes, dividendes : la grande confusion"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.