Harcèlement sexuel à Vice : comment Libé était passé à côté
article

Harcèlement sexuel à Vice : comment Libé était passé à côté

Réservé à nos abonné.e.s
L'an dernier, Libération racontait l'ambiance délétère au sein de Vice France. Une ambiance qu'il imputait alors à un nouveau management contraire à l'esprit du site. Mardi 12 mars, le quotidien s'est de nouveau intéressé au média très "gonzo", en publiant une enquête mettant en avant des faits de harcèlement sexuel répétés. Des faits à côté desquels il était totalement passé à côté un an plus tôt. Dans une note en forme de mea culpa accompagnant l'article, Libé en explique les raisons.

Un sujet d'enquête peut en cacher un autre. En mai 2018, Libération publiait un article sur Vice France et les changements dans le modèle économique et managérial du média. 

Le papier, intitulé Vice France, un business de petite vertu", raconte qu'en 2017 un nouveau PDG est nommé à la tête de la boîte, Nicolas Bonard. Celui-ci met le paquet sur le publi-rédactionnel, et les sujets deviennent de plus en plus contraints par le risque de déplaire aux actionnaires. Un exemple, cité par Libération : un article intitulé "Le Paris-Dakar est-il un truc de gros con?" qui disparaît du site sitôt publié, pour reparaître complètement...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.