Grève à La Tribune : des salariés dénoncent la fin du "poil à gratter"
enquête

Grève à La Tribune : des salariés dénoncent la fin du "poil à gratter"

Suppression du service macro-économique au profit du service aux entreprises

Réservé à nos abonné.e.s
C’est une grève passée inaperçue mais une grève quand même. Jeudi 23 février, une partie des salariés du journal économique La Tribune ont tenu à manifester leur désaccord sur le nouveau projet éditorial et notamment sur la suppression du service macroéconomique, décidée depuis l’arrivée du nouvel actionnaire Franck Julien, PDG du groupe industriel Atalian. Les grévistes ont expliqué les raisons de leur mécontentement dans un communiqué publié sur le site Acrimed… mais que l’actionnaire Jean-Christophe Tortora a refusé de diffuser dans les pages de La Tribune.

Certes la grève d’une partie des salariés de La Tribune n’a pas fait grand bruit. Mis à part le communiqué des grévistes publié sur le site Acrimed et repris par CB News, le sort de ce journal économique n’a pas suscité l’émotion. Pourtant, selon le communiqué, le titre s’apprête à devenir "une plateforme publicitaire des entreprises, pour les entreprises" en voulant tirer un trait sur "l’esprit critique" et sur l’information "poil à gratter". La Tribune veut en effet évoluer vers une publication payante centrée sur les entreprises. Que s’est-il passé ?

La Tribune Acrimed

Revenons à 2011. La ver...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.