François Lenglet admet discrètement que le président bolivien n'est pas "corrompu"
enquête

François Lenglet admet discrètement que le président bolivien n'est pas "corrompu"

Retour sur un échange animé avec Mélenchon, et...sur les origines de l'affaire

Réservé à nos abonné.e.s
"Mes termes n'étaient pas appropriés". Après quatre jours de polémique, le journaliste économique François Lenglet a finalement admis qu'il avait eu tort, dans la dernière émission de Des Paroles et des Actes, face à Jean-Luc Mélenchon, d'affirmer que le président bolivien Evo Morales était "un corrompu". Retour sur la polémique...et sur l'affaire.

Ce jeudi 26 mai, face à Jean-Luc Mélenchon, invité du dernier numéro de l’émission de France 2, le journaliste François Lenglet se lançait dans une présentation à charge des "modèles" de Mélenchon. Entre autres : Evo Morales, le président bolivien. Lenglet assène alors : "Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela es...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.