Ferry "poissé" pour absentéisme à la fac
Brève

Ferry "poissé" pour absentéisme à la fac

Pourquoi Luc Ferry a-t-il le temps de de proférer à la télévision des allégations de pédophilie ? Le Canard a la réponse : l'ancien ministre de l'Education a "des loisirs", "il a oublié de dispenser ses cours à la fac qui l'emploie". Depuis septembre 2010, la mise à disposition dont bénéficiait le philosophe n'est plus valable : il est censé donner des cours à l'université Paris VII-Diderot. Mais il ne s'y est jamais présenté alors qu'il perçoit un salaire mensuel de 4499 euros. Malgré deux courriers du président de l'université envoyés fin 2010, Ferry ne s'était pas manifesté. La spectaculaire sortie de Ferry sur Canal + a relancé l'affaire.

Depuis 1997, Luc Ferry est professeur d'université à Paris VII mais il n'y a jamais mis les pieds. Selon Le Canard enchaîné du mercredi 8 juin, "les ministres de l'Enseignement successifs l'ont dispensé d'assurer ses cours en raison des charges qui lui étaient confiées par ailleurs". Si la procédure est légale, l'hebdomadaire dénonce une certaine complaisance "car les charges qui incombent" à Ferry "ne sont pas trop accablantes". Depuis 2004, il est "président-délégué" du Conseil d'analyse de la société chargé de publier des rapports pour Matignon. Mais depuis le 30 septembre 2010, la mise à disposition dont bénéficie Ferry n'est plus valable, il est donc censé assurer 192 heures de cours par an. Ce qu'il n'a pas fait cette année, malgré les deux courriers du président de l'université de Paris VII, Vincent Berger, en date du 14 octobre 2010 et du 15 novembre.

Si Ferry n'a pas répondu, c'est sans doute parce qu'il espérait obtenir une nouvelle mise à disposition. D'après Le Canard, en mai 2010, le philosophe avait écrit à la ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, pour une prolongation de sa disponibilité. Manque de chance, depuis la loi sur l'autonomie des universités, c'est à l'université d'accorder ou non cette disponibilité. Ce qu'elle n'a pas fait.

L'affaire a ressurgi au lendemain de l'intervention de Ferry au Grand journal de Canal + , dans laquelle il accusait un ancien ministre de pédophilie. Lors d'un conseil d'administration de l'université de Paris VII, cette intervention a exaspéré : "Ce type qui donne des leçons de morale à longueur de bouquins et de télés a un emploi fictif" lance un enseignant, selon Le Canard. Ferry reçoit effectivement son salaire mensuel - 4499 euros par mois - malgré son refus d'enseigner. Le mardi 31 mai, le président d'université a donc envoyé un troisième courrier, avec accusé de réception, à Ferry, lui demandant de "prendre contact" avec l'université avant le 8 juin pour régler "le problème embarrassant" de sa situtation professionnelle. Très arrangeant, le président de l'université lui propose de convertir les 192 heures en "une douzaine d'interventions de deux heures entre le 15 juin et le 13 juillet".

Contacté par Le Canard, Ferry a confirmé les faits : "Vous avez intégralement raison, a-t-il expliqué. Je n'ai pas donné mes cours parce que j'attendais mon arrêté de mise à disposition. Depuis la loi sur l'autonomie des universités, la procédure est différente, mais si l'arrêté ne vient pas (sic), je ferai cours en juin et juillet". En plein été donc.

Commentant l'information du Canard sur twitter, le rédacteur en chef de Rue89, Pascal Riché, a ironisé sur cet "ancien ministre de l'Education [qui] a été poissé en train de toucher indument 4499 petits euros sans défense".


A propos de la rumeur lancée par Ferry sur Canal +, relisez notre observatoire "La justice veut que Luc Ferry précise ses accusations de pédophilie"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.