Et maintenant, le "offshore leaks"
Brève

Et maintenant, le "offshore leaks"

Cet instant précis, où le matinaute écoute sur France Inter Fabrice Arfi débattre

avec Gérard Davet (Le Monde) et Mathieu Aron (France Inter) et où tombe une alerte du Monde: "le trésorier de campagne de Hollande est actionnaire de deux sociétés offshore aux Caïmans". On relit mot à mot. Le trésorier de campagne de Hollande. Oui. En 2012. Oui. Un nommé Jean-Jacques Augier. Oui. Enarque, promotion Voltaire. Normal. Par ailleurs actionnaire de la revue Books, et du magazine Têtu. Très bien. Actionnaire de deux sociétés aux Caïmans. Dans le studio, ils en sont encore à Cahuzac, à Minc et à Kadhafi, et voici un nouveau personnage, qui revendique toute la vedette.

Donc, autour de Hollande, il n'y avait pas seulement Cahuzac, son compte en Suisse, ses amis du GUD, et ses investissements au Pérou (si vous n'avez pas suivi, c'était le scoop du Monde de la veille). Il y avait aussi Augier et ses parts dans des sociétés aux Caïmans. Une chose est sûre: on est facétieux, dans l'entourage de Hollande. On aime s'amuser. Prendre des risques. Il cache bien son jeu, le Corrézien, avec son accordéon sur la place de Tulle. Si cela vous amuse, je peux vous dessiner la journée: ce sera la même qu'hier. Hollande savait-il ? A-t-il demandé les yeux dans les yeux à son trésorier de campagne, s'il avait des parts dans des sociétés offshore aux Caïmans ? Moscovici a-t-il déclenché une enquête du fisc ? Augier a-t-il une connexion avec le GUD ? Marine Le Pen était-elle au courant ?

Tombant sur cette alerte du Monde, le matinaute ne sait pas encore qu'il vient de faire connaissance avec le "offshore leaks". Bienvenue dans l'investigation mondialisée ! Le offshore leaks est apparemment une enquête d'investigation mondiale, menée par 86 journalistes d'un grand nombre de pays, avec sortie mondiale ce jeudi, et à côté de laquelle Wikileaks, parait-il, était une aimable distraction enfantine. A en croire Gérard Davet, Le Monde a été sélectionné pour sortir cette enquête-là, avec (notamment) le Guardian et le Washington Post. Mediapart était candidat, mais n'a pas été retenu. De cette mondialisation-là, quelle que soit la succursale française, qui se plaindra ?

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.