Envie de fraise : mais oui, on peut embaucher pour 20 Heures hebdomadaires
article

Envie de fraise : mais oui, on peut embaucher pour 20 Heures hebdomadaires

Et voilà comment !

Réservé à nos abonné.e.s
Impossible de proposer des contrats de moins de 20 heures hebdomadaires ? Hier, face à François Hollande, la patronne d'un site de e-commerce regrettait de ne pouvoir embaucher à cause d’une loi fixant un seuil de 24 heures de travail par semaine au minimum. Exact. Et ce regret est largement partagé par le patronat qui dénonce cette disposition adoptée via la loi de la sécurisation de l’emploi en 2013. Mais depuis, la loi a été maintes fois rediscutée. Il existe également de nombreuses dérogations. Qui plus est, la loi El Khomri risque d'ouvrir une brêche dans ce dispositif censé éviter la multiplication des contrats à temps très partiel

.

"Elle veut pouvoir sous-payer le travail !" Ce matin, dans le débat éco de France Inter, Benjamin Coriat – invité récemment dans notre émission sur les communs – fustigeait l’intervention de la cheffe d’entreprise invitée hier à interroger François Hollande lors de l'émission Dialogues citoyens. La patronne en question – Anne-Laure Constanza, dirigeante d'Envie de Fraise, une entreprise de vente à distance de robes pour femmes enceintes – regrettait en effet de ne pouvoir embaucher davantage de stagiaires mais aussi de ne pas pouvoir proposer des contrats de moins de 20 heures hebdomadaires. Un regret partagé par Dominique Seux...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.