Egypte : MAM fait taire un chercheur français (Mediapart)
Brève

Egypte : MAM fait taire un chercheur français (Mediapart)

"Le Quai d'Orsay a demandé à des spécialistes de l'Egypte installés au Caire de ne plus intervenir dans les médias français... au nom d'un supposé «devoir de réserve». Les chercheurs s'indignent." signale Mediapart (accès payant).



"Marc Lavergne, directeur du Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales (Cedej), s'apprêtait à intervenir sur France 24, lundi soir, lorsqu'il reçoit un appel téléphonique de l'ambassade de France au Caire, lui demandant expressément de garder silence dès à présent. Le géographe décide toutefois de ne pas lâcher la chaîne au dernier moment et de répondre aux questions." raconte Mediapart.

"Le porte-parole du Quai d'Orsay justifie la position française: «Un agent de l'Etat français n'a pas à faire de déclaration publique à l'étranger sur la vie intérieure d'un pays, qu'on soit chercheur, professeur ou encore volontaire international. On a un travail très précis à faire. On doit rester dans le périmètre de sa mission, période de crise ou pas», explique Bernard Valero (...) cette mesure «n'a rien à voir avec des questions de sécurité. C'est une règle générale»."

"Depuis la fin janvier, Marc Lavergne, l'un des rares experts français sur place, a été très sollicité par les journaux parisiens. Il a parlé, entre autres titres, aux Inrockuptibles, à Challenges, à Sud-Ouest, ou encore à France Culture et RFI. A chaque fois, il se livre à une critique assez ferme de l'Egypte sous Moubarak." ajoute Mediapart.

Dans les Inrockuptibles, Lavergne, "politologue au CNRS, détaché au Caire" déclarait: “le régime lâche la bride à certains membres de la police pour semer la panique chez les citoyens. Les policiers n’ont pas disparu du jour au lendemain sans ordre de leur ministère. L’insécurité est provoquée. Entre un régime autoritaire et la chienlit, le choix est vite fait. On risque de voir l’opinion basculer contre les manifestants. Et la communauté internationale aura l’impression qu’un pouvoir fort est nécessaire en Egypte.

 

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.