Editis (et Bolloré ?) mettent sous pression "ActuaLitté"
article

Editis (et Bolloré ?) mettent sous pression "ActuaLitté"

Réservé à nos abonné.e.s
Deux articles du site "ActuaLitté" et des commentaires de salarié·es d'Editis, déposés sous les articles, ont froissé la direction du groupe littéraire Editis… et de son premier actionnaire, Vivendi, propriété de Vincent Bolloré. Pour tenter de les faire supprimer, Editis est allé jusqu'à mentionner le nom de l'avocat de Vivendi et de son tout-puissant patron.

Le fondateur et directeur de publication du média d'actualité sur le milieu de l'édition ActuaLitté n'a pas vraiment apprécié qu'on lui demande de retirer un article, puis des commentaires ne dépassant pas les bornes fixées par la loi. "Pour vendre Editis, faut-il museler ActuaLitté ?", a donc titré Nicolas Gary le 6 janvier en publiant un texte dévoilant comment, fin décembre, la direction du poids lourd du livre Editis a conduit des "interventions" auprès d'ActuaLitté. Le tout dans un contexte économique tendu : le premier actionnaire d'Editis, le groupe Vivendi de Vincent Bolloré, a annoncé qu'il céderait ses parts afin que la Commission européenne lui permette de boucler le rachat du groupe Lagardère propriétaire d'Hachette (concur...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.