Ecotaxe et désenclavement breton : aux racines de la révolte
Éconautes
Éconautes
reportage

Ecotaxe et désenclavement breton : aux racines de la révolte

"Ils ont fait un barbecue, ils ont rapproché des pneus du portique, et puis c'est allé très vite"

Réservé à nos abonné.e.s
Prochaine manifestation des bonnets rouges : le 30 novembre à Carhaix. Mais qui sont-ils au juste ? Un bastion d’autonomistes fous furieux ? Des patrons qui téléguident des salariés ? Le terreau du renouveau breton ? De joyeux drilles insondables pour des coincés de Parisiens ? Mais pourquoi diable s’en prendre à l’écotaxe ? Est-ce vraiment la fin de l’industrie agroalimentaireet donc le début de la faim en Bretagne ? Le reste du pays va-t-il embrayer ? S’enflammer ? Dans mes bagages j’ai tout à un tas d’images, de questions, de clichés sur le mouvement breton. Il est donc temps de chausser mes bottes et d’aller voir derrière l’image. Par delà mes clichés.

A peine ai-je posé une roue de voiture en Bretagne que me sautent aux yeux – dans l’ordre – le soleil, un portique gardé par une patrouille de gendarmes et un tag non à l’écotaxe. Quoi? Il y a encore des portiques en place sur le territoire breton ? Je le regarde comme un totem. Ben toi mon vieux tu as eu chaud aux fesses.

Premier arrêt : Rennes. Capitale bretonne et en même temps porte de la Bretagne. Je sens bien que je suis au bord de mon sujet. "Tu sais, ici on n’a pas manifesté" me disent les amis qui m’invitent à déjeuner. Ils peinent à comprendre la fronde. Et puis cet aveu : ce sont les finistériens qui s’éner...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.